"Derrière la haine", de Barbara Abel --- Percutant et douloureux!

Publié le par Paco

derrierelahaine.jpg"Derrière la haine", de Barbara Abel
Éditions Fleuve Noir, 2012

Merci à Barbara Abel pour l'envoi de son roman.

Venant de me fissurer un os de la main - 5ème métacarpe pour les connaisseurs! -, je vais être astreint de rédiger uniquement avec la main gauche! Du coup, je ne vais pas pouvoir établir une critique aussi complète que je l'aurais souhaité pour ce roman qui l'aurait amplement mérité, mais je vais en dire le principal et ainsi ne pas trop m'étaler (comment ça ouf??)... J'ai tendance à trop tartiner? bien possible. La preuve, à ce stade de la chronique, je n'ai encore rien dit de valable! Bref...

Blague mise à part, je tiens à vous parler de ce roman maintenant, juste après l'avoir refermé, car je suis encore sous le choc de ce récit psychologiquement dur et difficile à accepter. Barbara Abel nous écrit cette histoire avec une écriture simple, austère (dans le sens sans "chichi"), mais hautement addictive et efficace! Les pages se tournent sans aucun accroc; à la limite de sentir venir une certaine frustration de ne pas pouvoir traverser ce récit plus rapidement pour en connaître la direction précise ainsi que l'aboutissement.

L'auteur introduit le lecteur dans son histoire d'une manière tout à fait soft, agréable, sans surprise, au point de se demander si nous n'allons pas simplement être spectateurs d'évènements tout à fait anodins, très banals, inoffensifs, limite insignifiants. Mais voilà, certainement pas sans intérêt car on s'imprègne, on s'imprègne encore et on s'enlise sans vraiment voir venir. Et oui... Barbara Abel, par une écriture finalement très cruelle et sournoise, nous plonge la tête sous l'eau sans que nous nous en apercevons, d'une manière insidieuse et dissimulée. Car dans sa cruauté, elle ne nous retient pas longtemps la tête sous la surface, mais elle nous la remonte à chaque fois, juste avant de suffoquer, de perde le souffle; très aimable... 

Et nous, lecteurs naïfs, on se dit finalement qu'on a réagi un peu vite à cette attaque sournoise et que cette histoire est encore pleine d'espoir! Mais au fil de la lecture, ayant retrouvés de justesse un peu de lucidité, nous remarquons déjà que l'auteur nous prépare un nouveau coup de théâtre. Un coup puissant sur la tête, celui qui nous terrasse et nous fait comprendre que la descente aux Enfers est définitive. Des marches raides que nous franchissons avec le coeur lourd, sans possibilité de remonter car Barbara Abel les a déjà rendues très glissantes, déjà bien avant qu'on les franchisse, et surtout sans qu'on s'en aperçoive. Et nous aurions pourtant pu voir venir la chose! Enfin, pas sûr...

L'auteur nous a pourtant lâché quelques indices au compte-goutte, des signaux, je le reconnais, pas si évidents à déchiffrer; mais lorsqu'on s'en aperçoit il est déjà bien trop tard. Et c'est une des forces de ce roman; l'effet de surprise. Toute la subtilité se trouve dans la psychologie des personnages et c'est de ce côté-ci qu'il faut analyser un peu si vous ne voulez pas vous faire berner, pour ne pas dire autre chose... 

Que sommes-nous capable de faire dans la douleur absolue? Jusqu'où sommes-nous prêts à aller pour retrouver ce qui nous manque? Connaissons-nous vraiment les personnes qui nous entourent - l'essence même -, même des plus proches? Justement...

L'intrigue est effroyable, je ne vois pas qui pourrait le nier après avoir refermé ce bouquin. Un drame, un fait divers, une avalanche de conséquences. Des sentiments très forts ressortent de ce récit, tels que le remord, les non-dits, la rancoeur, la douleur, la suspicion, la haine, mais surtout celui de la culpabilité. Beaucoup de paramètres vont tourner autour de ce sentiment-là et les personnages de cette sombre histoire vont en faire les frais. Des personnages perdus, meurtris et blessés face au deuil, face à la mort, soit face à une douleur indescriptible. Et justement, Barbara Abel, elle, trouvera les mots pour vous transmettre cette émotion, ce déchirement, cette affliction terrassante qui va certainement vous absorber. Et ne compter pas trop sur l'auteur pour vous remonter à la surface!

Barbara Abel, par son écriture un peu naïve d'abord, puis mordante et incisive ensuite, vous emmènera dans un piège bien préparé. L'intrigue se tient bien et une tension vous tiendra constamment en éveille, pour ne pas dire sur les dents. Le dénouement est fidèle à tout ce que je viens de vous dire, mais je ne vous en dévoilerai pas plus. En ce qui me concerne, quelques effets de surprises n'ont pas pris, car j'avais tout de même découvert où Barbara Abel voulait nous emmener. Je l'ai quand même suivie pour voir si la direction que j'avais soupçonnée juste était bien correcte, et malheureusement c'était bien le cas. Pourquoi malheureusement? Car j'aurais finalement souhaité avoir tord; c'est cruel...

Je ne vous ai même pas raconté l'histoire finalement, mais est-ce vraiment essentiel? Il y a des "4ème de couverture" pour cela non? Et pensez à mon os fissuré... Je n'arrive plus écrire... Dommage ;-)

Bonne lecture!

Commenter cet article

Alex-Mot-à-Mots 28/09/2012 09:24

Tu me mets l'eau à la bouche, avec ton billet si court ;-)

Paco 28/09/2012 14:23

C'est assez perturbant comme roman! À lire...