"Dent pour dent", une enquête du commissaire Sirsky

Publié le par Paco

36QuaiDesOrfevres dent pour dentComme je vous l'avais promis dans un précédent article, je vais vous commenter ce roman qui vaut tout simplement le détour! 

Un mot sur l'auteur:

Frédérique Molay a signé son premier roman en 1998, intitulé "Tueur d'innocence". Son deuxième livre, "La 7ème femme", a obtenu, comme je vous l'avais déjà mentionné, le prix du Quai des Orfèvres en 2007, aux éditions FAYARD. Une histoire à vous dresser les cheveux sur la tête... Son troisième roman, "Bienvenue à Murderland", est paru en 2008. Quand la réalité et le virtuel ne font plus qu'un...

Son dernier roman, "Dent pour dent", est celui dont je vais vous parler. Je viens de le terminer, en deux jours, c'est déjà un signe...

Mon entretien avec Frédérique Molay, c'est ici

 

Mon avis:

Dès le début, le décor est planté. Rue des Saints-Pères, l'université Paris-Descartes à Paris. Dans un pavillon de la faculté de Médecine, lors d'une séance de dissection, des élèves dentistes sont affairés sur une vingtaine de têtes décapitées, provenant de personnes ayant fait don de leur corps à la science, posées sur leur table de travail.  L'un d'eux va découvrir, durant son activité, un message dissimulé sous une sorte de plombage qui stipule: "On m'a tué".

Étonnement, consternation, stupeur... S'agit-il d'une plaisanterie ou l'annonce est tout ce qu'il y a de plus sérieux? Meurtre? Suicide?

L'affaire est vite remise aux mains de la brigade criminelle du 36, Quai des Orfèvres, et le commissaire Nico Sirsky entre en scène. Ah... le commissaire Sirsky... Un bon, un malin! Il vient de se remettre d'une blessure par balle commise par un fou, un cinglé, qui lui a causé la vie dure lors de son enquête relatée dans le roman "La 7ème femme". Une enquête douloureuse. Mais à présent l'homme est à nouveau sur pied, en pleine santé! Il faut dire qu'il est amoureux, ça aide!

La tête décapitée avec le message dissimulé, c'est Bruno Guedj, un pharmacien renommé qui menait une vie plus ou moins normale. Mais l'enquête menée par le commissaire Sirsky et son équipe va déboucher sur une tout autre réalité. De fil en aiguille, on va découvrir qu'une diabolique machination, dans laquelle Bruno Guedj était impliquée, était en route. Mais à quel niveau était-il impliqué? L'intuition de Sirsky et le travail de titans effectué par son équipe va faire toute la lumière sur cette cabale. Sans trop dévoiler l'intrigue, on peut tout de même se poser la question suivante: jusqu'où peut aller un père pour sauver sa fille malade? Je n'en dis pas plus...

Ce roman m'a profondément marqué pour plusieurs choses. Tout d'abord, l'histoire se passe à Paris. Frédérique Molay a l'art de nous emmener dans cette ville, de nous la décrire d'une façon enrichissante, de nous plonger carrément dans ses rues, ses cafés, ses recoins... C'est un bonheur parfait. Ensuite, je vous en avais déjà parlé, Frédérique Molay connaît son sujet comme personne. La médecine légale, les moyens de preuve utilisés par la police, le processus concernant le don du corps, la faculté de Médecine, et j'en passe... Tout est décrit à la perfection. On ne peut que remarquer le professionnalisme de l'auteur qui s'est documentée au maximum. Je soupçonne même qu'elle a certainement dû passer de longs moments dans ces institutions pour s'imprégner de l'atmosphère, du milieu... C'est tout simplement un régal. Plus vrai que nature! Et c'est appréciable, c'est unique. 

Le rythme de l'enquête est parfait. Pour preuve, je n'ai posé le livre qu'une seule fois, pour aller me reposer, à 2 heures du matin!  Pour conclure, une citation que j'ai adorée dans le bouquin: " Si haut que l'on soit placé, on est jamais assis que sur son cul" ;-)

Bonne lecture...


Retrouvez mes romans de Frédérique Molay dans la rubrique  Auteurs français.


Commenter cet article

plombier paris 2 26/01/2015 12:04

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.
Cordialement

Isa M. 29/06/2011 14:04


Le sujet et l'intrigue riment avec originalité. L'écriture, le livre riment avec incroyable travail de documentation et imprégnation des lieux; écoute et parfaite communication avec les gens
rencontrés qui sont devenus les personnages du roman. Chalon sur Saône rime avec comme si on y était. Paris rime avec comme si on y était mais avec beauté aussi, poésie, avec Seine qui coule au
bord des monuments qui ont traversé les âges et qui les traverseront encore et encore.Caro et nico riment avec tendresse, amour et amoureux.
Quand vous lirez ce livre, écoutez le bruit des phrases, le bruit des mots, il aura le son limpide du bonheur que vous aurez à lire ce livre.


Paco 29/06/2011 14:11

Difficile de décrire cet ouvrage d'une plus belle manière.. Merci

Anaïs 26/05/2011 23:21


Parce qu'après une dure période de partiels rien de tel qu'un bon policier !!!!
Roman dévoré en une bouchée, avec en fond sonore la playlist de Nico bien sure.
Ne manquait plus que la plage de sable fin pour que tout soit parfait en ce début d'été !

L'article ne mens pas au contraire il reflète totalement mon sentiment !

Allez le lire au plus vite, quant à moi je me plonge à corps perdus dans la Septième Femme, en attendant avec impatiente le prochain !


Paco 26/05/2011 23:33



Merci pour ton commentaire. Je suis flatté que ma chronique reflète ton sentiment.


7ème femme, excellent, promis :-)


Cordialement. Paco


 



Fevvers 25/05/2011 22:25


Je suis pas trop adepte des romans policiers, mais si à l'occasion je sais plus quoi me mettre sous les yeux (ou sous la dent ?) je ne manquerai pas à lire celui-ci. Ton article m'a pas mal
convaincue.
Bonne soirée et bonne lecture !


Paco 24/05/2011 01:01


Hello. Les deux histoires sont totalement séparée. Mais idéalement, si tu veux suivre les personnages, ce qui est vraiment sympa ici, oui, il faut les lire dans l'ordre. Bonne journée à toi aussi.