"Contre Dieu", de Patrick Senécal

Publié le par Paco

Contre dieuL'auteur nous livre un roman palpitant, rapide et vif comme l'éclair. Un "Coup de tête" comme mentionné dans la 4ème de couverture. Je l'ai reçu en plein dans le nez et je me suis retrouvé couché parterre, étourdi. J'ai décidé de me relever quand même pour vous raconter ce roman de Patrick Senécal.

Je ne connaissais pas du tout cet auteur qui vit au Québec. C'est mon ami Richard qui me l'a fait découvrir par le biais d'une chronique sur son blog "Polar, noir et blanc". Merci à lui pour cette découverte...

108. C'est le nombre de pages qu'utilise Patrick Senécal pour nous envoyer cette histoire en pleine face. Une descente aux Enfers dans la démence, la folie et surtout dans la déraison. Le roman débute par une conversation téléphonique entre un homme et sa femme. Celle-ci l'informe qu'elle va bientôt rentrer avec les enfants. Echange banal, bien que plein d'amour, on ressent que tout se passe bien dans cette petite famille qui va bientôt se retrouver en fin de journée, j'imagine comme d'habitude.

3. C'est à cette page que tout bascule et que l'Enfer se présente crûment et sans avertissement. Tout se brise pour cet homme, en un instant, tous ses repères s'en vont d'un seul coup. Une tragédie s'est produite, sa vie d'homme épanoui se retrouve déjà derrière lui et le néant, le vide et le chaos se présentent à lui sèchement. Un accident?

Dès cet instant, j'ai envie de me poser la question suivante. Dans quel état seriez-vous si vous perdiez tout se qui vous rattache à la vie. Que feriez-vous si subitement On vous enlèverait tout ce qui vous rend heureux et comblé? Chercheriez-vous un responsable sans même savoir s'il y en a vraiment un, même si c'est juste une sale farce du Destin qui vous arrive en pleine gueule sans prévenir?

Et bien cet homme en est là, à se poser ces questions. Mais peut-être ne se les pose-t-il même pas? Il coule, il sombre dans le chaos, dans le délire, toujours un peu plus. Il s'isole, se cache, ne cherche même plus à se montrer devant les personnes qui veulent l'aider - sa propre famille. Il va commettre des choses insensées, irréversibles, choquantes et totalement déraisonnables. Par de la provocation, de la mise en danger en allant jusqu'au pire pour devenir un monstre. Il va s'en prendre un peu à tout le monde, toujours un peu plus en grimpant toujours plus haut dans l'escalade de la violence. Pourquoi? Peut-être pour Lui montrer qu'il ne veut pas se laisser faire, lui qui a toujours été intègre juste et droit. Pourquoi lui?

Jusqu'où va-t-il aller? Jusqu'où peut vous emmener la tristesse, le manque de repères, l'injustice peut-être, lorsque la déraison vous a dévoré, absorbé et englouti totalement? Cet homme a décidé - peut-être inconsciemment - de punir le responsable de ce qui lui arrive, d'une certaine manière de se venger. Mais de qui? Du Destin? De Dieu?

Pour couronner le tout et donner un aspect préoccupant, l'histoire est écrite à la deuxième personne, respectivement le narrateur s'adresse à cet homme du début à la fin, tout en décrivant ses faits et gestes. Qui s'adresse à lui? Et pourquoi? Patrick Senécal nous le dévoile avec les deux derniers mots de son roman... Tout en nous laissant dans un certain doute.

L'auteur, par son écriture, crée une tension permanente du début à la fin, sans nous laisser le temps de respirer une seule fois. C'est majestueux et talentueux! Le seul bémol est pour moi le fait d'avoir pu imaginer le dénouement vers le milieu du roman. Sinon, un sans faute.

Retrouvez la chronique de Richard sur cette oeuvre  ICI

Commenter cet article

pierrot, vagabond céleste 21/11/2012 16:30

bravo pour ce K....ommentaire
du livre K....ontre Dieu
de Patrick Senécal

Pierrot, vagabond céleste
MONSIEUR 2.7k

Je me suis posé la même question dans mon roman numérique Monsieur 2.7 K (www.reveursequitables.com/presse/m.2.7K)disponible gratuitement sur Internet.

Qu'est ce qui arrive quand un homme sous forme de pictogramme (la lettre K), issu du bruit de fond témoignant du big bang (2.7K) décide de marcher la forêt des bitts pour s'enfuir de sa
prison-informations, poursuivi par une armée de fragments incongrus de sa mémoire? Qu'y trouve-t-il à la fin de son 1000 pages? Dieu ne serait-il que des bitts sous forme de 0 et de 1?

Pendant 1000 pages, le lecteur assiste à la fuite de Monsieur 2.7K du placenta de ses pensées. Parfois il se déguise en Monsieur M pour être sûr de ne pas se faire piéger par l'amour, n'acceptant
que de se concevoir que comme un errant homme maison en break d'évasion numérique.

En fait, c'est un polar initiatique qui récompense celui qui se rend au bout des 1000 pages de bitts par une libération de son propre placenta de mémoire numérique.

C'est exactement l'histoire du compte de Monte-Cristo numérique (le lecteur) qui s'enfuit à son tour en se glissant sous le drap à la place du cadavre de Monsieur K.

Voici un extrait...
(j'adorerais qu'un jour vous puissiez
commenter cet oeuvre littéraire
qui a pris 7 ans de ma vie et que personne
encore à ma connaissance n'a encore lu:)))

p.s. c'est un roman numérique à clés
monsieur K dessinant des traces
de pas pour que le lecteur puisse à son tour
y déposer ses pieds, sous menace de se faire exploser
par des bombes intellectuelles de sédentaires armées d'endoctrineurs.

MONSIEUR 2.7 k
DÉBUT DU ROMAN NUMERIQUE


Voici l’histoire de Monsieur K… , prisonnier numérique K…ui s’évade d’Internet après avoir
franchi 1000 pages dématérialisées de débrits de bitts… Son rêve, marcher la fraîcheur
existentielle de la beauté du monde sans le boulet de l’information enchaîné à l’un de ses pieds,
enfin libéré de 1000 pages de placenta ayant permis l’accouchement d’un vagabond céleste.
MONSIEUR
2.7K
CERVEAU THÉÂTRE
Déjeunercauserie
avec
L'AUTEURCONTEUR
CHER MONSIEUR…
Votre manière d'écrire est si déroutante ''K''…u'on n'arrive pas à la classer. En ce ''K''…ui
me concerne, j'avoue être incapable d'imaginer ''K''…uels lecteurs pourraient lire ce récit d'un
bout à l'autre.
CHER EDITEUR…
N'est pas Francisco de Robles qui veut. Ce ne sera pas la première fois, dans l'histoire de
l'art, ''K''…u'un éditeur se rend immortel grâce à son incompétence littéraire. Je vous rendrai donc
immortel, comme le fit Proust pour Gide et même un peu plus. Pardonnez ma générosité…. Mon
cerveauthéâtre
de 1000 pages ''K''…ommencera ''donc'' et se terminera ''donc" par votre lettre.
''Il n'est de vraie littérature ''K''…ue produite non par des fonctionnaires bien pensants et zélés,
mais par des fous, des ermites, des hérétiques, des rêveurs des rebelles et des sceptiques''…
Zamzatin…vous connaissez cet écrivain monsieur l'éditeur?J)))))))) ***(paquet de bits)…***
Pierrotlalune
J))) directeur artistique des mots



merciiiii
d'une bouteille à la mer
littéraire

Erestor 17/11/2011 21:00


Les éditions Coups de Tête nous offre ici un petit livre qui est une véritable gifle. L’histoire commence sans détour, dès la première page, sans aucune perte de temps. Le superflu est à peine
survolé. On est donc propulsé dès le départ dans le récit avec ce personnage principal dont on ne connaît même pas le nom. Le tout est écrit en un seul bloc, sans paragraphes ni chapitres, en plus
de ne contenir que très peu de dialogue, ce qui donne au lecteur un sentiment de stress supplémentaire. Qui plus est, le tout est écrit à la deuxième personne. Bref, tout pour décontenancer le
lecteur tout au long de sa lecture.

En bref, un excellent livre, mais très court. Rien d’élaboré, rien de trop compliqué. On peut presque dire qu’il a probablement été écrit… sur un coup de tête !


Gemma 18/10/2011 04:15


J'adore Senécal. Je vous conseille Sur le seuil. C'est celui que j'ai aimé le plus des 4 que j'ai lu. Contre Dieu est sur la liste dans mes prochains achats.


Paco 22/10/2011 08:25

Merci pour le commentaire! J'y penserai

La petit souris 19/08/2011 08:56


Patrick sénécal, c'est tout un univers à découvrir! auteur original, impétueux, à l'imagination sans borne est chacun de ses romane st toujours une surprise pour le lecteur! et j'adore être
surpris! tout comme toi, c'est Richard qui m'a donné ma première béquée et qui m'a fait découvrir l'auteur!


Paco 19/08/2011 09:16

Cet auteur a effectivement une imagination sans borne. Je lirai ses autres livres. Merci pour ton commentaire.Amicalement. Paco

Richard 15/08/2011 16:08


Bonjour,
Tu as aimé ce petit roman, j,en suis bien content.
Patrick Senécal est un grand romancier du noir et il mérite d'être lu dans toute la francophonie.
Merci d'avoir mis le lien vers ma chronique.
C'est très gentil.
Amitiés