Retour à Duncan's Creek, de Nicolas Zeimet

Publié le par Paco

"Retour à Duncan's Creek"de Nicolas Zeimet
Éditions Gigal / 2017
296 pages

Cette histoire est un long voyage à travers les Etats-Unis, mais aussi à travers le temps. Un voyage dans le passé semé d'embûches, de douleurs, de violence, d'injustice, mais aussi de complicité, d'amitié et d'amour. La violence rencontrée ici est très sournoise, encrée au plus profond des âmes des personnages.


Il s’agit d’un road movie, mais l’essentiel ne sera pas de savoir ce qui se passe sur la route, mais au bout de celle-ci.

Une ambiance lourde et pesante, un récit dévoilé à demi-mot, voilà ce qui vous attend ici. C'est d'une intrigue livrée au compte-gouttes qu'il faudra vous contenter. Mensonges ou vérités voilées, tristesses ou bonheurs éphémères, voilà quelques notions qu'il faudra retenir dans cette histoire mettant en scène des ados, puis ces mêmes ados devenus adultes.

Entre passé et présent, tout évolue, sauf peut-être certaines émotions qui nous gagnent et qui ne nous quittent plus. Le temps atténue les choses, mais n'efface absolument rien. N'aurait-il pas tendance même à amplifier les traumatismes parfois ?

C'est aux États-Unis que nous poserons les pieds, plus précisément à Duncan's Creek: c'est l'Amérique profonde comme nous l'imaginons. Nous progresserons à travers les années 80 - le tourne-disque nous le fait d'ailleurs souvent comprendre -, puis nous ferons un bond en avant pour arriver à l'époque actuelle. Le tableau peint par l'auteur s'assombrit continuellement et les tâches qui se multiplient aux quatre coins de cette toile fragile deviennent sans aucun doute indélébiles.

Trois ados complices, unis pour la vie, font partie de ce tableau aux teintes tout de même assez contrastées : sombres et rayonnantes à la fois, à l'image de leur vie. Il y a le jeune Jack Dickinson, perspicace, malin, posé et à l'étroit dans sa carcasse d'enfant, qui vit entre un père surchargé par la gestion de sa station-service et une mère obnubilée par le téléachat - donc assez absents ! -. 

Nous rencontrons également Sam Baldwin, jeune fille au fort caractère, fière, sûre d'elle et fragile à la fois, qui a perdu sa mère et qui vit avec son père autoritaire, violent et dépressif, ainsi qu'avec sa petite sœur. Et il y a aussi le jeune Ben McCombs, obèse, peu sûr de lui, mais toujours là pour ses deux potes.

D'une manière radicale et bien malgré eux, à l'aube de leurs 14 ans, ils vont passer de l'insouciance aux responsabilités les plus dures à encaisser. Quoique... insouciance, c'est un bien grand mot. À ce niveau-là, nous allons en ramasser plein la gueule, tellement cette insouciance en prend pour son grade. C'est moche, très moche.

Entre secrets, silences, haine et dénis, nous allons suivre l'évolution d'adolescents placés face à une situation bien trop compliquée pour eux, qui ne peut pas - ne devrait pas! - être assumée et gérée par de si jeunes personnes. 

Nous allons voyager à bord d'une "Chevy", de nos jours, avec un Jack Dickinson devenu adulte, sur les routes ensablées de la Californie et de l'Arizona. Un drôle de périple qui le ramènera vers le passé et qui va immanquablement nous toucher en plein cœur. Jack se déplace vers une vérité qui n'est pas forcément agréable à encaisser. 

Tout n’est pas encore dit, loin de là. Le chemin qui mène aux révélations est long, mais il vaut la peine d'être entrepris.

Bonne lecture.

Commenter cet article