"Les dernières paroles des condamnés à mort", de Stéphane Bourgoin --- Trop d'infos et répétitif, dommage!

Publié le par Paco

"Les dernières paroles des condamnés à mort", de Stéphane Bourgoin
Éditions Ring / 2016
354 pages.


Je n'ai pas besoin de vous présenter Stéphane Bourgoin, criminologue français, qui a consacré sa vie au monde peu connu des tueurs en série ainsi qu'à l'univers du crime en général. Il les a un peu près tous côtoyés, s'est entretenu avec eux; je ne sais d'ailleurs pas comment il fait pour rester "hors de tout ceci".

Sa bible, "Enquête mondiale sur les tueurs en série", de chez Grasset, - ma chronique - m'avait assez chamboulé, mais néanmoins fasciné. Fasciné, car j'ai pu obtenir des réponses sur pas mal de questions que je me posais sur ce thème macabre et dérangeant. Chamboulé, car cela reste pour moi totalement incompréhensible au niveau psychologique. Mais je crois qu'il n'y a pas grand-chose à comprendre. L'Homme a des sacrés dysfonctionnements extrêmement nuisibles et dangereux!

Dans cet ouvrage que je viens de refermer, l'auteur donne la parole à des personnes qui ne sont bien entendu plus de ce monde (heureusement). Le sujet ne sera pas de débattre sur la peine capitale, l'auteur déclarant dès la première page être contre ce principe. Le sujet sera, comme le titre l'indique, de retranscrire les paroles, les dernières, des condamnés à mort, et de nous les transmettre. Les paroles, mais aussi les derniers gestes, les dernières volontés, soit les derniers jours vécus. Vous allez me dire: pourquoi? Bonne question.

Pour ma part, je retiendrai l'aspect psychologique de la chose. Qu'avons-nous à dire alors qu'il nous reste quelques secondes ou minutes à vivre. Est-ce les paroles les plus importantes de notre vie? Les plus profondes? Les plus vraies? Et bien pour certains cas, vous allez être surpris. Pour bien d'autres, cela sera assez répétitif.

La plupart s'en remettront à Dieu, histoire de trouver quelqu'un qui pourra les pardonner.

Dans l'ensemble, la lecture est vite pénible et devient rapidement lassante. Stéphane Bourgoin, en vrac, survole une multitude de cas qu'il nous relate souvent dans un ordre plutôt aléatoire. Du coup, bien que le thème soit accrocheur, je lâche tout de même prise et je lis un peu en automatique. Entre les dernières paroles qui sont souvent les mêmes et les descriptions des repas pris par les condamnés avant de quitter ce monde, je me suis très vite ennuyé.

Ce livre-récit aurait pu, à mon sens, tenir sur moins de 100 pages.

Le premier à "nous parler" dans cette ouvrage sera William Kemmler, la première personne ayant été condamnée à la chaise électrique en 1890, pour le meurtre de sa copine. Un homme digne durant ses dernières secondes subissant une méthode nettement moins digne: un fiasco. L'auteur nous parlera des débuts de cette méthode, ses spécificités, ses défaillances ou encore ses utilisateurs. Utilisateurs dans le "bon" rôle, donc. Autrement dit, les bourreaux.

Stéphane Bourgoin nous présentera un historique sur les bourreaux mais aussi les bourrelles, histoire de ne pas négliger les femmes! C'est vrai qu'il est difficile d'imaginer une femme endosser ce rôle, et pourtant: au fil des siècles, il y en a eu bien quelques-unes. Le sujet est, j'avoue, assez dérangeant mais reste fascinant. Traverser les siècles avec ce sujet-là, ce n'est pas courant!


Et il y a même eu des célébrités, à l'image d'Anatole Deibler, (1863-1939), qui décapita 395 personnes avec ses fameuses guillotines qu'il transportait à travers la France! Macabre. Ce qui est vraiment macabre, c'est le comportement et l'engouement de la population, à cette époque, pour cette "attraction". La mort a-t-elle toujours fasciné? Visiblement oui. Dans certaines villes, on payait même la place et des boissons, ainsi que des grillades, étaient servies pour l'occasion!

L'auteur nous présentera les diverses méthodes utilisées à travers le temps, à savoir la guillotine, la pendaison, les chambres à gaz - pas cool! -, être fusillé et pour finir l'injection létale, qui sera considérée comme la moins barbare.

Au final, une multitude d'informations mises bout à bout, sans temps mort, très répétitifs, dans un style très wikipédique (j'ai inventé ce mot ne cherchez pas).

Pour l'instant, la bible "Enquête mondiale sur les tueurs en série" reste ma référence en la matière!

Bonne lecture.

Commenter cet article