"La fille dans le brouillard", de Donato Carrisi

Publié le par Paco

"La fille dans le brouillard", de Donato Carrisi
Calmann-Lévy / 2016
313 pages

Donato Carrisi, que je découvre avec cet ouvrage, est généralement présenté comme étant le Maître du thriller italien! Rien que ça. Je me méfie souvent de ce genre d'énoncé et j'aime évidemment me faire mon propre avis.

Donato Carrisi, spécialisé en criminologie (selon le net), est connu et même reconnu pour son thriller "Le chuchoteur" - même éditeur / 2010 -, qui s'inspire d'un tueur en série italien malheureusement réel, Luigi Chiatti, surnommé "Le monstre de Foligno". (Meurtres de deux enfants en 1992 et 1993).

Alors? Pour moi, Maître incontesté ou non?

Sans aucun doute. L'auteur place des ingrédients intéressants dans cette intrigue. Manipuler la Presse dans une enquête, ou du moins "jouer" avec elle pour avancer. Un village de montagne qui vit en autarcie avec une forte présence religieuse dans l'âme des habitants. Une disparition qui pourrait vraiment se solder de n'importe quelle manière. Et, surtout, un responsable d'enquête charismatique, un flic autant cynique, maniaque, qu'impressionnant!

L'auteur insistera vraiment sur l'effet et la force de la Presse sur l'opinion publique. Et, surtout, il nous expliquera en détail comment on peut quasiment tourner une situation à 180 degrés ou désigner une personne comme étant le coupable idéal, ... coupable ou non. Le flic dont j'ai fait mention avant a compris tout ceci et n'est de loin pas à son coup d'essai. Bon flic ou non? Grande question.

L'intro est solide et très accrocheuse. En quelques pages seulement, le lecteur est agrippé et tourne déjà dans une spirale qui l'amène vers une quantité d'interrogations. Le personnage principal, le Commandant Vogel, - le fameux flic -, une star de la police, est mis en scène d'une manière assez surprenante, pour ne pas dire magistrale. Par contre, une entrée en scène pas si glorieuse pour autant.

Le flic a été victime d'un accident de voiture, en plein brouillard, dans un petit village des Alpes. Il est à moitié amorphe, - le fait-il exprès ou non... -. Et, surtout, il a pas mal de sang sur ses vêtements, mais pas le sien. Le psychiatre Auguste Flores, dérangé en pleine nuit par la police locale suite à cet accident, se trouve en face du flic et le confronte à cette situation ambiguë.

Tout ceci se déroule environs deux mois après la disparition inquiétante d'une jeune fille de cette région. Nous apprendrons que le Commandant Vogel en est l'enquêteur principal.

Voilà les faits tels qu'ils sont présentés durant cette introduction!

Nous retournerons ensuite en arrière, soit quelques jours après la disparition de cette adolescente de 16 ans. Nous aurons l'occasion de débuter l'enquête sur cette disparition tout de même inquiétante aux côtés du Commandant Vogel.

Un mot sur le personnage. Ce flic est surprenant, dès le départ, avec quelques paradoxes. Détaché, mais hyper minutieux. Froid, glacial même, mais donnant l'impression de vouloir défendre bec et ongle les victimes, il apparaît comme étant calculateur, manipulateur, obsessionnel, imbu de sa personne, perfectionniste à outrance, mais aussi doté d'une solide expérience, d'un sens de la déduction surprenant et d'une connaissance tactique quasi infaillible. Intuitif, il se fie à son propre jugement et ne va pas par quatre chemins.

Un autre paradoxe? Ne supporte pas l'échec, ne l'accepte pas, et pourtant se jette devant tous les médias, sans filet. Cet homme aime qu'on parle de lui, du flic qui résout toutes les affaires sensibles et sortant de l'ordinaire. Les affaires, il a même le luxe de les choisir. Alors pourquoi se charger de cette disparition d'ado dans un petit village de montagne où tout le monde se connaît? Encore une intuition?

J'insiste encore sur le phénomène de la Presse. Cette histoire nous montrera les dangers qui peuvent apparaître lorsqu'on essaye d'insérer à outrance ce paramètre dans une enquête sensible. Cela peut vite dégénérer et créer pas mal de malentendus. Ici, c'est encore un peu plus pervers que ça. Je n'en dirai pas plus, à part que c'est fascinant et que cela est très inquiétant, surtout pour la crédibilité de la justice. Que veulent les gens au final? Cela sera une question déterminante.

L'auteur bouscule le lecteur, dans cette enquête, avec douceur et détermination. Cela démarre doucement mais subtilement. Aux côtés du Commandant Vogel, on jubile, car ce flic avance, - devance! - réfléchit, creuse, ordonne et cherche constamment. Pas le genre à se tourner vers nous pour nous expliquer ce qu'il fait. Il ne le fait d'ailleurs même pas avec les flics qui bossent avec lui. Il agit, point barre. Trop vite, trop confiant? Et cherche-t-il à atteindre le même but que les autres? Encore une bonne question.

Un mot sur les lieux aussi. Nous sommes dans un petit village montagneux d'environ 3000 habitants. Tout le monde semble se connaître. A en juger par les inscriptions sur les habitations et par rapport aux premiers contacts que nous avons avec ces habitants, il s'agirait également d'un village très pieux. Dieu ici, Dieu là...

Et déjà quelques non-dits apparaissent au début de cette enquête sur cette disparition. C'est plutôt tendu. La commune semble être sous l'influence d'une communauté religieuse très stricte et soudée; la commune EST la communauté. Le Commandant Vogel, qui aime remuer avec de grosses cuillers pour faire apparaître du résultat, va devoir user de subtilité pour frapper dans ce microcosme.

Jouer avec les médias - sa spécialité -, sera très utile pour déranger un petit village pas très bavard... et peut-être pour déranger quelqu'un d'autre.

Ce que nous allons encore découvrir, c'est que ce petit village tranquille n'est pas si sein ou saint que cela. Et là, l'auteur nous propose un truc assez sympa, soit de suivre plusieurs fois l'événement, mais sous des angles différents. Comme si nous nous étions placés derrière plusieurs caméras pour filmer la même chose. Et les choses apparaissent évidemment de manières différentes.

Ce qui sera finalement fascinant dans cette intrigue, c'est le trouble et le doute que nous fait naître l'auteur quant à l'aboutissement de cette affaire. C'est franchement subtil. Et nous serons également déçus, pour plusieurs raisons. Mais rassurez-vous, pas déçus du roman, bien au contraire!

Que veulent les gens dans l'ensemble? Cette question, vous vous la poserez aussi.

Bonne lecture.

Publié dans Littérature italienne

Commenter cet article