"Ne sautez pas!", de Frédéric Ernotte

Publié le par Paco

"Ne sautez pas!", de Frédéric Ernotte
Editions Lajouanie / 2016

292 pages

J'ai connu Frédéric Ernotte en 2012, avec son premier roman, 
"C'est dans la boîte". Une histoire qui m'avait bien bluffé par son intrigue! Pour cette raison, j'ai tenu à découvrir ce second roman de l'auteur. C'est totalement différent. 


Mathias, laveur de vitres, est un personnage qui a décidé de nous raconter sa vie, du moins une partie.

Condamné pour des infractions à la loi sur la circulation routière, il se voit infliger - et l'accepte - un travail d'intérêt général. Son job consistera à faire du porte à porte pour tenter de vendre des trucs qui ne servent à rien au profit d'une association caritative. Une souffrance quotidienne, une gêne, puis une chance, voire une ouverture.

En effet, Mathias va apprendre à donner de sa personne et même y prendre goût. Donner pour lui-même, peut-être, mais ensuite surtout pour les autres. Une belle preuve d'altruisme. Mais il lui faudra peut-être en faire plus pour assouvir son récent excès de bonté.

L'auteur se penchera également sur les choix qui s'offrent à nous parfois dans la vie, des choix qui n'en sont plus à partir du moment que nous n'avons plus qu'un seul chemin possible devant nous. Une seule voie que nous avons créée nous-même, ou qui nous est imposée par les circonstances. J'aime assez les théories sur les "choix"; c'est simple et complexe à la fois. 

L'écriture de ce récit est habile, vivante et même parfois philosophique. Une belle philosophie de la vie de tous les jours. Le narrateur nous balance des arguments, des pensées ou des situations qui nous atteignent sans trop de difficulté car ils ont l'avantage d'être très pertinents. Si le lecteur de ce livre réagit comme moi, il se dira plusieurs fois: "eh bien oui, j'ai vécu ça aussi!". 

Frédéric Ernotte semble très à l'aise pour nous offrir ce récit qui reste fluide, simple et très vrai. Cette dose d'humour mélangée à la pertinence des propos tenus donne un résultat touchant et très avisé. Bref, c'est maîtrisé de ce côté-là.

Ce qui est moins plaisant, - ceci par rapport à mes goûts assez précis en termes de lecture -, c'est que ce récit manque d'accroches, de rythme et je reste trop longtemps sans recevoir d'électrochocs. Le manque de tension fait chuter mon attention.

A mi-parcours, je décide alors d'aborder cette histoire d'une autre manière et je tente ainsi de comprendre et d'apprécier ce que l'auteur semble vouloir mettre en avant: une réflexion par le parcours et l'évolution d'un homme face à ses choix et confronté ensuite à ses décisions. Un homme qui finalement n'arrive pas vraiment à assimiler ce qui est la différence entre "faire le bien et "ne pas faire de mal" et qui tente alors de provoquer certaines situations pour essayer de comprendre. Rien que ça...

Ce qu'il va tenter de faire est totalement abracadabrant et assez irréaliste, mais je dois dire que c'est plutôt original! L'humour est omniprésent, l'auteur met en scène des personnages qui, franchement, me font vraiment marrer.

Mis à part quelques passages qui m'ont quelque peu ennuyé, ce récit m'a diverti et m'a fait prendre conscience qu'il existe dans ce monde bien des personnes qui ont besoin d'un "petit" coup de main.

Au final, un roman bien écrit, avec un style simple, une bonne dose d'humour et des propos qui nous permettent de réfléchir un peu et de relativiser sur notre propre existence qui ne va pas si mal. Même si ce n'est pas du tout mon style, j'y ai pris un certain plaisir.

Bonne lecture.

Publié dans Littérature belge

Commenter cet article